Eddie Palmieri - La Perfecta II (2002) MP3 320kbps

Telechargement & Details

Telecharger Telecharger le torrent
Mots cles Mp3 Cd Album Latin Jazz Salsa
Seeders 2 Leechers 0 Completes 8
Informations Voir les informations
Fichiers 12 - Voir les fichiers

Presentation

Ajouter a mes favoris Voir le NFO Signaler

La Perfecta II
600x600-000000-80-0-0.jpg
information_musique.png
Artiste : Eddie Palmieri
Duree : 1h 6min 20 s
Label : Concord Picante
Date de sortie : 23 avril 2002
Plus d'information sur deezer : http://www.deezer.com/album/257525

11 pistes :

- El Molestoso II (4min 27s)
- Shekere Agent Man (Album Version) (6min 52s)
- Tirandote Flores II (Album Version) (5min 30s)
- Cuddles (Album Version) (4min 59s)
- Cuidate Compay II (Album Version) (5min 22s)
- Apeiron (Album Version) (4min 5s)
- Elena, Elena (Album Version) (6min 35s)
- Tu Tu Ta Ta II (Album Version) (4min 35s)
- Our Routine (Album Version) (9min 11s)
- Ay Que Rico (Oh How Good) (Album Version) (6min 3s)
- Bianco's Waltz (Album Version) (8min 35s)

Avec la mort de Tito Puente en 2000, M. Palmieri est devenu le patriarche de la musique latine aux Etats-Unis.
Et a une epoque commercialement et esthetiquement terrible pour la salsa, le genre qu'il a contribue a creer, M. Palmieri s'epanouit.

Recemment, il a ressorti son ancienne musique jouee par son groupe, Conjunto La Perfecta, un groupe important qui, au cours de son existence (1961-1968), a prefigure une grande partie de la musique latine des les trois decennies suivantes.

La Perfecta
avait un son dur et brut, avec deux et parfois trois trombones en premiere ligne ; elle reagissait contre la suavite des orchestres de jazz afro-cubains, ainsi que la courtoisie de la charanga violon et flutes.

C'est un groupe qui a profondement integre l'improvisation dans sa structure.
La musique cubaine est basee sur la repetition, a dit le trompettiste Brian Lynch, qui joue avec M. Palmieri depuis 15 ans. Et le jazz est base sur la variation. Donc, si vous epousez ces deux-la ensemble, vous obtenez La Perfecta, dans laquelle vous avez des riffs, mais vous faites toujours quelque chose au riff quand vous le repetez.

M. Palmieri aime aller de l'avant. D'abord avec La Perfecta il changea l'instrumentation de l'orchestre de danse latine.
Puis il changea de format d'enregistrement, franchissant la barre des trois minutes et demie avec son tres populaire tube de huit minutes et demie, "Azúcar", en 1965.

Puis le jazz est entre dans sa vie, en ecoutant des pianistes aussi divers que Monk, Dick Twardzik, Bill Evans et surtout McCoy Tyner ; il s'est serieusement mis a superposer l'harmonie jazz au rythme afro-caribeen.
Et au debut des annees 70, il sortit un disque de funk latin influent, "Harlem River Drive".
Comme Miles Davis, un autre de ses heros, il ne se sent pas bien d'avoir fait ce qu'il faisait il y a cinq ans.
Il avait donc mis de cote les morceaux de La Perfecta comme "Cuídate Compay", "El Molestoso" et "Tirándote Flores" pendant plus de 30 ans, estimant qu'ils etaient de leur temps et qu'il valait mieux les laisser seuls.

Mais il les a finalement rejoues, avec une version legerement modifiee de l'instrumentation originale de La Perfecta ; et une partie de la musique a ete reprise pour un nouvel enregistrement remarquablement puissant, ''La Perfecta II,''  sorti en 2002 sur Concord records.
Pendant les etes du debut des annees 60, alors que Puente et Machito et Tito Rodriguez - les trois poids lourds du mambo - emmenaient leurs groupes aux Catskills pour jouer, M. Palmieri et La Perfecta restaient a New York a jouer quatre sets pour 179,50 $ quatre soirs par semaine, en affinant leur son brut, dans la rue.

M. Palmieri en garde un tres bon souvenir.
Il y avait un genie dans ce groupe, a dit M. Palmieri, le tromboniste Barry Rogers. Lui et moi avons eu un transfert d'idees. Je changeais un riff, et il le rattrapait. Il y avait toujours ce mouvement, comme la jam session la plus organisee qu'on puisse avoir.
Rogers, decede en 1991, est le heros absent du nouveau La Perfecta. Dans les annees 1960, il a arrange les details de la musique originale, apres que M. Palmieri ait esquisse la structure generale pour eux. Il a joue avec une force inhabituelle ; sur les anciens enregistrements, il a cree un bourdonnement metallique qui peut etre confondu avec une surmodulation dans le microphone.

L'un des aficionados de la musique latine qui a ete impressionne par le groupe dans les annees 1960 etait Robert Farris Thompson, professeur a Yale, specialiste de la culture africaine et auteur de " Flash of the Spirit ", un livre tres respecte sur la transmission de la culture ouest-africaine dans le Nouveau Monde.
En 1967, apres avoir passe de nombreuses nuits a descendre de New Haven pour admirer le Palladium, M. Thompson a ecrit sur Conjunto La Perfecta dans The Saturday Review : "Palmieri et les membres de son orchestre ont demontre, par la sophistication de leurs moyens stylistiques, le pouvoir de changer a jamais le cours de la musique afro-latine."

M. Palmieri s'est rendu a Yale pour une discussion en classe, un banquet et un concert avec La Perfecta. Lors du banquet, M. Thompson a prononce un panegyrique. "Vous me rappelez Enee,'' dit-il avec ferveur, "qui a perdu Troie mais a trouve Rome. Vous avez ferme le Palladium en 1966. Et bien que nous ayons perdu le Palladium, vous avez trouve la salsa. Vous nous apprenez a couper, trainer, taquiner et relacher le rythme, au nom du sabor. Vous nous apprenez a triompher dans le temps." M. Palmieri etait aux anges.

Le nouveau Conjunto Perfecta, avec trois trombones, trois percussionnistes, trompette, flute, basse et piano, et les chanteurs Herman Olivera et Ray Viera en tete, echappe completement a l'academisme d'un projet de repertoire.

La musique a ete legerement rearrangee, et les musiciens sont sous son emprise, et la font exploser.
Deux puissants trombonistes, Jimmy Bosch et Conrad Herwig, ont alterne dans le role dominant de l'improvisation, le role de Barry Rogers.
Pendant que l'un jouait en solo tandis que l'autre punissait les cuivres dans de longs tons, le son rebondissait sur le haut plafond de la chapelle.
M. Palmieri a joue, regardant la conception de la musique se derouler, la bouche ouverte, les yeux brillants.
                                                                       
 Article original : Latin-Music Patriarch Stays Hungry; Eddie Palmieri Dusts Off, and Polishes, His 1960's Sound de Ben Ratliff
information_upload.png
Codec audio : MP3 320kbps   44.1kHz
information_download.png
Nom de la release : Eddie Palmieri - La Perfecta II (2002) MP3 320kbps
Taille totale : 153 Mo

Commentaires

Derniers commentaires

Aucun commentaire a afficher