Henri Bosco - Pack de 7 livres - Epub

Telechargement & Details

Telecharger Telecharger le torrent
Mots cles ePub Francais Litterature Roman
Seeders 1 Leechers 4 Completes 0
Informations Voir les informations
Fichiers 7 - Voir les fichiers

Presentation

Ajouter a mes favoris Voir le NFO Signaler


7 fichiers - 1,6 mo

Auteur : Henri Bosco
Format des fichiers : Epub
Langue : Francais


images?q=tbn:ANd9GcS3b6BCD1dzS9kniPQB3sUWjfz8AGaHCpQgOeS4oe7mPPnokGX9
Titre : Le Mas Theotime


51aRswD6JwL._SX315_BO1,204,203,200_.jpg
Titre : Le Trestoulas


images?q=tbn:ANd9GcSHl0ihUuPQbgYHa3d_s4qGId9NgSKOMRpXSslVLPIgczKphORO
Titre : L'enfant et la riviere


l-epervier-444782-264-432.jpg
Titre : L'Epervier


les-balesta-2604-250-400.jpg
Titre : Les Balesta


002297341.jpg
Titre : Sabinus


411SR9EY9DL._SX195_.jpg
Titre : Sylvius




17120606181023472415404643.png

---L'auteur (source Wikipedia)---






Solide bagage classique


Plaque sur la maison natale d'Henri Bosco
Henri Bosco est issu d'une famille provencale, ligure et piemontaise, dont les origines les mieux identifiees se trouvent pres de Genes. Sa famille paternelle est apparentee a don Jean Bosco, le fondateur des salesiens a Turin. Il est ne au no 3 de la rue Carreterie, entre la place Pignotte et la place des Carmes, a Avignon, en novembre 1888. A la fin du xixe siecle, il s'agissait du quartier d'Italiens, qui y avaient leur paroisse. Sa maison natale est aujourd'hui identifiee par une plaque de marbre.

Son pere, Louis Bosco (1847-1927), etait originaire de Marseille ou il repose, bien que decede a Lourmarin. Il etait tailleur de pierre, luthier et chanteur d'opera, souvent en deplacements. Sa mere, Louise Falena (1859-1942), nee a Nice, est inhumee a Rabat ou son fils etait en poste a l'epoque de la Seconde Guerre mondiale. Il est le cinquieme enfant, les quatre premiers etant decedes prematurement.

Il a trois ans quand sa famille quitte le centre ville pour habiter une demeure plus vaste et proche de la Durance, le mas du Gage, a l'extremite du quartier de Monclar, au quartier de Baigne-Pieds2. Sa mere lui enseigne d'abord elle-meme la lecture et l'ecriture. Il entre en classe a l'age de dix ans, rue Bouquerie, a l'ecole des Ortolans. Marc Maynegre indique que lors des absences dues aux engagements de son pere, le jeune Henri etait accueilli par Julie Jouve, sa marraine, originaire de Bedoin, devenue concierge du Conservatoire d'Avignon, ou par la tante Clarisse dont Bosco fera la tante Martine de ses romans.

Il fait ses humanites grecques et latines dans la cite papale. Il est pensionnaire au lycee d'Avignon. « Parallelement, il poursuit pendant huit ans des etudes de musique (harmonie et composition musicale) au Conservatoire d'Avignon, tout en suivant des cours de violon aupres de M. Maillet, l'organiste de l'eglise Saint-Agricol, en face de la librairie Roumanille, celebre felibre et ami de Frederic Mistral. Henri Bosco y fera reference plus tard dans Antonin »3. Bosco obtient, en 1909, sa licence de lettres et son diplome d'etudes superieures a l'universite de Grenoble, obtenant son diplome apres avoir presente un memoire sur la papaute avignonnaise (un festin papal donne au Palais), puis il prepare et reussit son agregation d'italien a l'Institut francais de Florence.

Mobilise en Orient

Devenu musicien de talent, il occupe ses loisirs a jouer et meme ecrire de la musique. Lors de la Premiere Guerre mondiale, il est mobilise au 4e regiment de zouaves a Salonique. Devenu sergent-interprete a l'Etat-major de l'Armee d'Orient, sa nouvelle fonction ne lui fait pas quitter les rives mediterraneennes. Il fait campagne aux Dardanelles, en Macedoine, en Serbie, en Albanie, en Hongrie et en Grece.

Profitant de son affectation militaire, le jeune universitaire recopie et decrypte nombre d'inscriptions antiques. Il se lie d'amitie avec Robert Laurent-Vibert, un industriel lyonnais erudit, avec qui, les hostilites finies, il participe au sauvetage et a la restauration du chateau de Lourmarin, dans le Sud du Luberon.

Sejour napolitain
La paix revenue, il est detache a l'Institut francais de Naples ou il donne, durant dix ans, des cours publics. Il y a comme collegue Jean Grenier, ainsi que Max Jacob, de passage sur la cote amalfitaine. Il y ecrit, en 1924, son premier livre, Pierre Lampedouze, dans lequel il decrit sa ville natale : « Toute la ville est argentee de metal pur. C'est le dimanche des Rameaux. Saint-Agricol clame sa joie. Saint-Didier tinte a tous vents. Saint-Pierre a des battants qui font tourner les cloches. Les Carmes chantent en patois un vieux cantique de Maillane, toutes les chapelles s'appellent dans les rues lointaines ou fleurissaient, jadis, les confreries, et les confreries et les couvents qui sont perdus sous les remparts, font danser leurs petites cloches, et le grand bronze du bourdon de Notre-Dame des Doms dont dependent quatre paroisses, du sommet de sa metropole, jette sa gloire et sa clarte a travers toute la Provence ».

Son deuxieme livre, Irenee, est inspire d'un premier et grand amour pour la belle triestine Silvia Fondra sans que s'estompe le souvenir de sa Provence natale.

Au cours de son sejour a Naples, il se passionne pour les recherches en cours sur Pompei et la fameuse Villa des Mysteres, avec un interet tout particulier pour l'orphisme.

Il se marie le 16 juillet 1930 a Ollioules, dans le Var, avec la gersoise Marie Madeleine Rhodes (1898-1985). Ils n'auront pas d'enfant.

En 1930-31, il ecrit le premier roman de la trilogie de Hyacinthe, L'Ane Culotte.


--------------------------------------------------------------------------------------------------

Commentaires

Derniers commentaires

Aucun commentaire a afficher